Marcher !

Quelques réflexions sur l'activité qui nous tient à cœur.

Définition :

 

Marcher verbe intransitif : se déplacer, se mouvoir en mettant un pied devant l'autre. ( Dictionnaire Larousse ).

Citations :

 

" Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche; Quand l'un avance, l'autre veut le dépasser. Et moi, comme un imbécile, je marche !"  (Raymond Devos)

 

" Marcher m'a fait revivre et vivre autrement. Marcher, c'est s'imprégner de tout ce que l'on croise, les gens, les paysages, la vie en ouvrant son esprit et son coeur " ( anonyme ).

Un très beau texte :

 

 

Marcher, c'est aller au bout de soi-même tout en allant au bout du monde.

 

C'est redécouvrir l'homme qui prenait ses jambes à son cou lorsque le ciel lui tombait sur la tête.

 

C'est geler en même temps que les pierres du chemin. Griller au feu du soleil. Partir à l'aube en pleine forme pour revenir sur les genoux en peine nuit.

 

Marcher, c'est rencontrer des créatures qu'on ne verrait nulle part ailleurs. Marcher, c'est aussi aller nulle part sans rencontrer personne.

 

C'est se mettre en vacances de l'existence. C'est exister en dehors des vacances.

 

Marcher, c'est réussir à dépasser son ombre. C'est pouvoir se doubler soi-même en s'envoyant un gentil salut au passage.

 

Marcher, c'est caresser le sol, le flatter, l'amadouer. Une manière de se mettre la terre dans la poche avant qu'elle ne se referme à jamais.

 

Marcher, c'est être dans le secret des dieux. C'est écouter à leurs oreilles et entendre avec eux des bruissements, des murmures qu'on croyaient éteints.

 

Marcher, c'est se mêler à la conversation des arbres, aux commérages des oiseaux, aux persiflages des reptiles. C'est se fondre dans la nature, se couler au fond du moule.

 

Marcher, est-ce que cela ne serait pas, en définitive, tourner avec ses pieds, au pas à pas, page après page, le grand livre de la vie ?

 

Extrait de "Fou de marche" de Jacques Lanzmann aux Editions Robert Laffont.

Adhérer à un club de marche serait l’une des méthodes les plus simples pour améliorer sa santé et son moral, selon une étude publiée mardi dans la revue médicale British Journal of Sports Medicine.

Pour arriver à ce résultat, des chercheurs de l’université britannique d’Est Anglia ont analysé les résultats de 42 études déjà publiées sur des membres de clubs de marche.

Près des 3/4 des quelque 2.000 personnes passées en revue dans 14 pays, en majorité des femmes, participaient régulièrement aux activités de leur club, d’une intensité et d’une périodicité très variables, mais d’une durée ne dépassant généralement pas une heure en une seule fois.

En étudiant les marcheurs, les chercheurs ont montré que ceux-ci présentaient « des améliorations statistiquement significatives » de leur bien-être par comparaison à l’époque où ils étaient sédentaires.

Parmi ces améliorations, ils citent une meilleure forme physique, moins de dépression, une baisse de leur pression artérielle, du pouls au repos et du taux de cholestérol ainsi qu’une augmentation de la capacité pulmonaire.

L’effet était en revanche plus modeste sur le taux de sucre dans le sang et sur le tour de taille.

« Les groupes de marche sont des méthodes efficaces et sûres, avec une bonne observance et un grand nombre de bénéfices en termes de santé », notent les auteurs.

Les volontaires ont été étudiés avant et après leur adhésion à un club de marche, et beaucoup d’entre eux avaient des problèmes de santé, tels que de l’obésité, du diabète, de l’arthrose, une dépression ou une maladie de Parkinson.

L’impact de la marche sur la santé n’a en revanche pas été comparé à celui procuré par d’autres sports.

 

Déjà au deuxième siècle, le médecin grec Claude Galien, qui est considéré comme un des fondateurs de la médecine et de la pharmacie, disait qu'il existe un remède à la portée de tous pour faire circuler le sang plus facilement et éliminer les méchantes humeurs. Ce remède est la marche.